Coup de gueule chez les riverains du RER A

« L’association de défense des riverains du RER A de Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois» créée en 1993 pousse un « coup de gueule » ou plutôt lance un cri de désespoir. Dans la lettre qu’ils ont adressée en août, ils se déclarent « contrariés et inquiets » par la succession de réunions qui n’aboutissent à aucune décision concrète et ils dressent une longue liste exhaustive des réunions des 2 dernières années pour conclure :

« L’impression s’installe peu à peu que les décideurs-financeurs envisageraient un abandon du projet… Pourquoi n’ont-ils pas le courage d’avouer que les travaux de maintenance de rattrapage ne seront vraisemblablement jamais pris en charge et que les riverains, qui en sont les victimes, devront abandonner toute espérance d’amélioration de leurs conditions de vie ? ».

Petit rappel :
Après avoir obtenu la couverture des aiguillages les plus bruyants, (4x100 mètres) les travaux concernant les 2 kilomètres de tranchée sans protection phonique devaient commencer en 2006-2007. Cette portion du RER A est la plus bruyante d’Île-de-France eu égard au trafic hyper dense d’un RER toutes les 2 minutes.

Les études réalisées en 2000 durent certes être réactualisées en 2009 parce que, théoriquement les techniques avaient bien évolué, mais les travaux n’ont jamais été inscrits dans le budget de la Région Île-de-France.
La RATP déclare ne pas avoir les moyens car elle doit remplacer le matériel roulant.
Les nuisances des riverains augmentent avec les rames à double niveau qui usent davantage les rails, accroissent les vibrations et provoquent des fissures dans les appartements. Sans compter les trains de maintenance plus lourds qui circulent… quand les RER ne roulent plus.

J’espère que les Vincennois se souviendront de l’intérêt que porte Monsieur Huchon et son Vice-Président chargé des Transports, Pierre Serne, élu vincennois qui se présentera, sans aucun doute, aux élections municipales en 2014 et aux régionales en 2015. A priori, leur conception du développement durable et des nuisances n’est pas celle des Vincennois des avenues Gabriel Péri et Pierre Brossolette.

Retour