Vérité sur les résultats des sénatoriales du 21 Septembre

Les résultats ne sont malheureusement pas surprenants. Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect par les grands électeurs, c’est à dire les conseillers municipaux ( beaucoup de villes perdues en 2008), les conseillers régionaux (seulement 2 régions à droite) et les conseillers généraux, majoritairement à gauche. Sans être mathématicien, il était facile de prévoir que nous allions perdre des sièges puisque notre base électorale a fondu! ( coupure et renvoi)

La Gauche (PS, PS, radicaux) compte dorénavant 150 élus sur 343 sénateurs. Elle n’a donc pas (encore) la majorité absolue.

Par contre, le risque est d’autant plus grand au prochain renouvellement sénatorial en 2011, que les conseils municipaux seront les mêmes, c’est à dire ceux élus en 2008. En outre, la série des départements renouvelables est plutôt urbaine : Paris et les départements de la banlieue (ou seul le 92 demeure à droite !).

Ces résultats montrent qu’il n’est nul besoin de réclamer un changement du mode de scrutin ; d’abord parce que la moitié des sénateurs (comme moi) sont élus à la proportionnelle et que les évolutions politiques des collectivités se reflètent bel et bien dans la composition du Sénat

La majorité présidentielle compte 152 sénateurs UMP, 28 Union centriste (et 8 Non inscrits).

Depuis 2004, l’UMP ne détenait plus la majorité absolue.

La réforme constitutionnelle de Juillet n’aurait donc pas pu être votée en septembre ! Obtenir le 3/5eme de votes favorables pour une prochaine révision de la constitution deviendra une entreprise délicate si ce n’est impossible ! Ceci explique pourquoi N. Sarkozy a voulu que la révision de la constitution soit inscrite avant l’automne …

Retour à la page d'accueil