S’agissant de la restauration, pour lutter contre l’obésité et la désaffection des lycéens, Valérie Pécresse souhaite un programme «qualité cantine» .

Enfin, il est temps de faire entrer les lycées dans l’ère numérique : pour cela il faut les équiper en haut débit, de manuels en ligne, et tableaux blancs interactifs.

Lutter contre l’échec scolaire

Pour ceux qui décrochent du lycée ou qui sont défavorisés, Valérie Pécresse veut doubler le nombre d’écoles de la deuxième chance pour les jeunes sortis prématurément du système scolaire, et elle créera des bourses de reprise d’études pour les jeunes qui ont été contraints de travailler dès 16 ans.
Et comme l’internat a retrouvé ses lettres de noblesse et est plébiscité, elle propose d’intégrer systématiquement un internat dans chaque nouveau lycée et se propose d’ouvrir un internat d’excellence dans chaque département pour permettre aux élèves les plus méritants de préparer les grandes écoles dans de bonnes conditions.

Elle créera une plateforme Internet unique d’orientation et de conseil des jeunes, qui recense les formations offertes dans la région et indique leurs débouchés et les places disponibles pour éviter que les jeunes ne se retrouvent au chômage à leur sortie de formation.

Universités

Jean-Paul Huchon refuse d’investir massivement dans les universités, (car ce n’est pas de sa « responsabilité » argue-t-il) alors que c’est un facteur évident de développement du territoire. Valérie Pécresse, qui sait ce dont elle parle, investira à même hauteur que l’Etat dans 7 campus universitaires du 21ème siècle, dont un à Champs-sur-Marne et un à Créteil, soit au total plus d’un milliard d’euros.

Enfin elle doublera le nombre de nouveaux logements étudiants construits chaque année et les ouvrira aux apprentis.


Apprentissage et alternance
Chacun le reconnaît, l’apprentissage est la voie d’avenir pour l’emploi. D’ailleurs, les étudiants en bac +4/5, les grandes écoles prévoient presque toutes un passage en entreprise dorénavant. Valérie Pécresse propose de doubler le nombre d’apprentis et faire de l’alternance le véritable passeport pour l’emploi, du CAP à Bac +5. Elle souhaite ouvrir 5 lycées des métiers de demain, avec des plateformes de haute technologie cofinancées par les entreprises du secteur, Enfin, elle mettra l’accent sur une formation continue de qualité, gage d’une vraie promotion sociale, en proposant aux salariés les plus exposés à la crise, en partenariat avec leur entreprise, des formations adaptées pour mieux rebondir.

 

Retour à la page d'accueil