Remise de l’étude pesticides aux Antilles

En juin, après un an et demi d’auditions et deux déplacements en Martinique et en Guadeloupe, j’ai remis le rapport  sur lequel Jean-Yves le Déaut, Député socialiste, et moi-même avons travaillé depuis 2008.

Un petit rappel : en 2007, un cancérologue affirmait qu’un des pesticides utilisé sur les bananeraies aux Antilles (la clhordécone, seule molécule capable de lutter contre le charençon, un insecte qui détruit les bananiers et qui est interdite depuis plus de 20 ans) , provoquait des cancers de la prostate et constituait « un scandale aussi important que le sang contaminé ».

Mandatés par l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques dont nous faisons partie, nous nous sommes lancés dans une enquête longue et compliquée et avons réalisé plus d’une centaine d’auditions de scientifiques, chercheurs, médecins, industriels phytosanitaires, élus locaux …

Notre étude, est disponible sur le site du Sénat : http://www.senat.fr/rap/r08-487/r08-4870.html 

Notre rapport a donné lieu à de nombreux articles dans la presse et à la TV (un exemple en cliquant ici).  

Pour résumer :

-         les sols qui ont été traités par la chlordécone aux Antilles sont bel et bien pollués pour plusieurs siècles car pour l’instant, aucune technique de dépollution n’a été découverte pour cette molécule très particulière qui reste « encagée » dans le sol ; cependant, seuls les sols des anciennes bananeraies sont pollués ;

-         la molécule ne contamine que les racines (légumes en terre comme la patate douce, l’igname,  le chou caraïbe…), pas les légumes aériens : tomates, haricots verts, ni les fruits ; ainsi, non seulement les bananes sont exemptes, mais contrairement à celles du Costa Rica et de la zone dollar qui subissent 1 traitement pesticides par semaine (soit plus de 50 par an), celles des Antilles sont presque écolo, avec des pièges à phéromone et 3 traitements annuels ;

-         les mesures mises en place par l’Etat français depuis les années 2000 ont été efficaces: filtration de l’eau avec du carbone, contrôle des légumes, conseils de consommation limitant à  deux fois par semaine la consommation de légumes racines des jardins familiaux ;

-         le lien avec le cancer de la prostate n’est pas avéré (études médicales en cours), le taux de cancer des antillais étant le même que celui des populations noires de … Chicago

Cependant :

-         on retrouve maintenant de la chlordécone dans les crustacés et certains poissons ; nous demandons donc de développer les prélèvements pour mesurer la réalité du phénomène ;

-         nous avons découvert que la majeure partie de ce pesticide avait été utilisée …en  Allemagne de l’Est et de l’Ouest, et sans doute en Pologne et en Ukraine, pour combattre le doriphore ! Nous avons donc alerté les autorités allemandes qui, elles, ne se préoccupent pas de la question. Notre ambition : créer des équipes de recherches internationales pour découvrir le moyen d’éliminer ce pesticide.  

 

Retour à la page d'accueil