Le coup de gueule

 

La relance dans le Val de Marne : que fait le Conseil Général ? par Laurent

Vous avez dû le remarquer, le gouvernement a lancé une campagne de publicité à raison de panneaux publicitaires montrant 3 projets que la relance de l'économie a permis de réaliser dès cette  année. Beaucoup sont sceptiques concernant la politique menée par le gouvernement en faveur de la relance de l'économie, et pensent qu'en réalité, ça n'a pas changé les choses.

Regardons ce qu'il en est pour les 3 chantiers cités par l'affiche publicitaire du ministère dans le Val-de-Marne :  Constructions Champollion et Les Lys à Vitry-sur-Seine et réhabilitation de la Vache Noire à Arcueil. Les deux opérations à Vitry sont des opérations de l'ANRU visant la réhabilitation de 263 logements sociaux, la création de 379 logements sociaux, résidentialisation (amélioration des parties communes et des abords des immeubles) de 365 logements sociaux, pour un montant total d’environ 6,7 M€. Cette opération, dont les études avaient déjà été réalisées, était bloquée faute de financement. Le plan de relance a permis de compléter de financement pour permettre le départ des travaux. Il en est de même pour l'opération de la Vache Noire à Arcueil, qui est une opération ANRU, pour créer et réhabiliter des logement sociaux et dont la participation du plan de relance  à hauteur de 1,1 million d’euros a permis de boucler le financement et de lancer le projet.

En fait, le plan de relance a réussi son pari en bouclant le financement d'opérations dont les études étaient prêtes, mais dont les travaux n'avaient jamais pu être lancés faute d'avoir bouclé le financement : cela permet de créer de l'activité industrielle rapidement, sans à avoir à attendre que les études se réalisent car elles sont déjà prêtes, et en permettant de lancer des chantiers très vite.

Alors le plan de relance, c'est aussi des petites opérations, qui n'ont pas besoin d'études pour être lancées : par exemple la rénovation de la poste à Charenton pour 10 000 euros, et qui est déjà terminée.  Mais c'est aussi des nouvelles opérations, pour lesquelles il faut faire des études, ce qui crée une dynamique dans les bureaux d'études, avant de lancer les travaux. Par exemple, le plan de relance donne 700 000 euros au CIRAD ( Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement des pays du Sud et de l’Outre-mer français) pour qu'il puisse réhabiliter, mais aussi désamianter son bâtiment à Nogent-sur-Marne et de le mettre en conformité sur le plan de la sécurité et de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Le plan de relance, ce n'est pas seulement des travaux dans le bâtiment, c'est aussi un effort financier de 4,5 milliards d'euro pour  renforcer la trésorerie des entreprises et  pour financer leurs investissements via les prêts bancaires garantis fournis par OSEO, ou la prime à la casse de 1000 euros qui a été accordée à 330 000 particuliers fin août et qui a dynamisé les industries automobiles, les financements supplémentaires des organismes et entreprises publiques pour que leurs sous-traitants privés gardent leurs commandes…

Le site www.relance.gouv.fr explique pas mal de choses.

Que fait le Président du Conseil Général du Val de Marne pendant ce temps ? A-t-il accéléré ses chantiers, a-t-il fait voté des mesures exceptionnelles pour soutenir les entreprises du département ? Non, il continue sa vie comme si de rien n'était. Il suffit d'aller voir le site www.cg94.fr pour s'en rendre compte. En ce moment, il travaille sur les pétitions nationales visant à empêcher la Poste de changer de statut visant sa modernisation.

Retour à la page d'accueil