Un départ inattendu

C’est devant les medias, lors du congrès du nouveau parti centriste de Jean-Louis Borloo, que Chantal Jouanno, ex ministre de Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’elle quittait l’UMP. Nul ne le savait, ni à l’UMP, ni à l’UDI (hormis son président), mais surtout, rien ne le laissait présager.
Chantal Jouanno ( l’un des plus jeunes sénateurs élus en 2011) était très assidue tant à la commission des Affaires sociales qu’en séance, toujours prête à porter une initiative au nom du groupe UMP, à assumer une permanence.
Cette annonce nous a tous pris de court et la lettre qu’elle a envoyée aux Sénateurs UMP laisse très dubitatif. Pour justifier son brusque départ, elle annonce vouloir y porter la voix de l’écologie. Un peu surprenant même si Jean-Louis Borloo en fut le ministre, parfois très controversé.
Bien qu’elle fut tête de liste UMP à Paris aux sénatoriales, Chantal Jouanno n’a naturellement pas l’intention de démissionner.
Elle empêche ainsi la 3ème de liste, mon ex-collègue Catherine Dumas battue de 4 voix, de retrouver son siège.
Moi qui pensais que les femmes avaient une approche différente de la politique, après les départs de Rama Yade et de Chantal Jouanno après les critiques de Roselyne Bachelot, ou de Rachida Dati je constate avec dépit que finalement, les femmes sont des hommes politiques comme les autres…

Pétition contre le mariage homosexuel

Je reçois d'innombrables mails et lettres contre le "mariage pour tous", un euphémisme pour cacher le terme exact de mariage entre homosexuels.
Le gouvernement, si prompt à créer commissions et autres instances se refuse pourtant à engager une concertation sur ce bouleversement fondamental: comme c'était un engagement du candidat Hollande, c’est une parole d’Evangile!
Si cette disposition était adoptée, elle entraînerait un vrai bouleversement sociétal, législatif et familial.
Pour une minorité agissante, il va nous être imposé de perdre notre beau nom de père ou de mère. C’est inacceptable.
J'ai donc pris clairement position. Je vous livre donc la réponse que j'adresse à tous ceux qui m'écrivent.

Madame, Monsieur,

Vous avez souhaité attirer mon attention sur le projet de loi d’extension du mariage et de l’adoption aux personnes de même sexe.

Madame la Garde des Sceaux ne cesse de déclarer dans la presse son souhait « pour que l’engagement de campagne du candidat Hollande, soit tenu, que les mariages, aient lieu le plus rapidement possible ».

Un texte a d’ailleurs été déposé au Sénat par le biais du groupe écologiste. Il est porté par la nouvelle sénatrice EELV Val-de-Marnaise Esther Benbassa qui veut aller le plus loin possible, y compris sur l’assistance à la procréation.

Soyez assurés de mon opposition totale à ces projets de lois. Non seulement je ne voterai pas ce «mariage homosexuel» mais je m’opposerai aussi à l’adoption et aux transformations de la notion de la «parentalité». Je suis de celles qui réclamerait un référendum si cela était constitutionnellement possible.

Les procédures d’adoption sont déjà suffisamment éprouvantes et difficiles pour les pères et mères ne pouvant avoir d’enfants de façon naturelle qu’il est inconcevable d’accroître leurs difficultés en autorisant les couples de même sexe aux mêmes droits. Cela conduirait en outre à fixer des critères de priorités au nom de «l’égalité».

Enfin, les effets «domino» me paraissent avoir été mal mesurés.

A l’examen de ce texte au Sénat, je ne manquerai pas de faire entendre la voix de ceux qui, comme vous et moi, estiment qu’un tel enjeu pour l’avenir de notre société ne soit pas précipité et doit être précédé d’un large et réel débat public.


Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'assurance de ma considération et de mon soutien dans ce débat.

Catherine Procaccia

Retour