Ils ont franchi la ligne ?

 

L’humour et la Loi par José

 

 Dernièrement, je me suis rendu dans ma librairie préférée pour une séance de fou rire. J’ai immédiatement repéré sur une des tables le livre que je cherchais. Une « biographie » de Nicolas Sarkozy, dont la qualité littéraire ne m’a pas, spontanément, sauté aux yeux. Mais ce qui m’intéressait, au fond, c’était la poupée « vaudou » accompagnant l’ouvrage et vendue avec tous les accessoires de l’apprenti – ou apparenté – sorcier.

Aussi, puisque j’avais en mains un objet humoristique, jugement à l’appui, je me devais, au mieux, de rire aux éclats, au pire, d’esquisser un sourire. Au bout de plusieurs et longues minutes, qui me parurent interminables, le zygomatique toujours figé, je me mis à douter. Non pas de la drôlerie de l’horrible poupée – ah ça non !- mais de moi. Je serais donc devenu insensible à l’humour et, dans le même temps, réfractaire à la loi.

Dieu merci la libraire, charmante au demeurant, vint me libérer de ces considérations hautement intellectuelles en m’annonçant que l’heure de la fermeture avait sonné.

Je suis parti, décontenancé, tout en me promettant d’y revenir sans délai. J’aurai, d’ici-là, le loisir de méditer sur les divers degrés d’humour. J’ai toujours été à l’aise avec l’humour drôle, mais beaucoup moins avec le drôle d’humour.

Retour à la page d'accueil