Renouvellement sénatorial de septembre

 

Bientôt 7 ans que je suis sénateur. J’ai tant travaillé sur des sujets aussi divers que le logement et les squatteurs, la retraite des fonctionnaires à l’outre-mer, le service minimum dans les transports, les stages des étudiants, Pôle emploi, l’assurance vie, la réforme de l’hôpital, et cette année, l’avenir du nucléaire, la réforme du système scolaire, la transparence syndicale … que je n’ai pas vu le temps passer !
En septembre, la moitié du Sénat sera renouvelé. Les enjeux nationaux sont considérables : le Sénat peut, pour la première fois de la Vème République basculer à Gauche. Les évaluations les plus optimistes nous donnent 3-4 sièges d’avance …

Dans trois mois, les grands électeurs que sont les conseillers municipaux du Val-de-Marne, ainsi que les conseillers généraux, régionaux et les députés diront s’ils me renouvellent leur confiance (selon l’expression consacrée).
La difficulté dans les grands départements comme les nôtres est que l’on ne vote pas pour une personne (comme pour un député), mais pour une liste (6 noms) ; ce sont les élus des 47 communes du Val-de-Marne qui sont concernées et en 2008, elles ont plutôt viré au rose qu’au bleu !
Comme en 2004, Christian Cambon, Maire de Saint-Maurice sera la tête de liste et moi, seconde. Pour les quatre suivants, la liste sera arrêtée début Juillet.

Comment s’élabore une liste sénatoriale ?

Une obligation : liste chabada, c’est-à-dire alternant des candidats hommes et femmes. Une nécessité : présenter des candidats répartis sur tout le département afin que les communes du nord ou de l’est ne se sentent pas oubliées ! Avec la difficulté qu’il y a 12 circonscriptions et seulement 8 noms (6 candidats et 2 suppléants).

Combien de listes ?

A Gauche, l’union semble mal partie : le PS exigeant la tête de liste, plaçant un Vert en second et ne laissant que la 3e et 4e place au PC qui a pourtant fait un beau score aux cantonales (voir article cantonales). Le PC refuse la demande du PS : il a toujours eu 2 sénateurs et n'accèpte pas la partie congrue.
C’est tant mieux pour nous, car eu égard au mode de scrutin – proportionnel à la plus forte moyenne, un système un peu compliqué – une seule liste à Gauche pourrait faire 4 sièges, deux ou trois listes séparées, moins.

Du côté du centre, c’est aussi la diversité.
Le sénateur sortant Modem Jean-Jacques Jegou, du Plessis-Trévise, qui disait ne pas vouloir repartir, a changé d’avis !
Mais Laurent Lafon, Maire et Conseiller régional de Vincennes, Nouveau Centre qui a rejoint la Confédération des centres derrière Jean-Louis Borloo, monte aussi sa liste.

Du côté de l’UMP, nous pensons, Christian Cambon et moi même faire l’union avec les divers droite. Mais le dépôt des listes est en septembre et le soleil de l’été peut encore faire tourner quelques têtes.

Bref, au moment où s’élabore cette lettre, difficile de dire quelle sera la situation en septembre et surtout … qui seront les sénateurs du Val-de-Marne d’octobre 2011 à septembre 2017.

 

Retour à la page d'accueil

Si vous souhaitez en savoir plus : l'excellente rubrique dédiée sur le site du Sénat :http://www.senat.fr/senatoriales_2011.html