Le Grand Paris ou «  touche pas à mon Département »

Le Groupe UMP a demandé, réclamé, insisté pour que notre Assemblée débatte de ce projet ou plutôt des projets qui visent tous à améliorer le fonctionnement des départements, de Paris, de la Région Ile de France. Il est en effet effarant qu’en 20 ans, on ait pas réussi à construire une nouvelle ligne de métro, tout juste ouvert quelques stations, que le grand périphérique autour de Paris- A86- ne soit toujours pas bouclé et nos 2 aéroports pas reliés ! Entre l’approche  par projets de Roger Karoutchi, Président du Groupe UMP à la région,  celle structurelle de Philippe Dallier, Sénateur, auteur d’un rapport qui propose de revenir à la configuration décisionnelle qui correspond à l’ancien département de la Seine et celle en gestation du  nouveau Ministre Blanc, il y a des différences, mais un constat partagé : ça fonctionne mal !

Constat partagé aussi,  lundi 16 juin, par les Conseillers généraux du Val-de-Marne ( sauf  par les deux trop proches de la Région, parce que Conseiller régional ou directeur adjoint du cabinet de Huchon…), mais c’est tout !

Pour Christian Favier ( Président PC), Nicolas Sarkozy fait de la  « provocation »  en osant affirmer que Paris doit tenir son rang car, « cela nous importe peu de savoir à quel rang se situe Paris ». Quant à la démarche, c’est simple : il faut partir des inégalités sociales pour construire une grande métropole qui fonctionne ! Il est parfois difficile de suivre de tels raisonnements !

Pour les élus UMP, les approches divergent mais  le Président de République a eu le mérite de lancer non seulement le débat mais aussi la réflexion. C’est comme cela que l’on avance.

Tout au long de cet après-midi, j’ai parfois eu le sentiment que la question en filigramme était la pérennité du conseil général du Val-de-Marne et elle seule !

En effet, comment la majorité qui commande ce département pourrait elle envisager de perdre le pouvoir… et la source essentielle du financement du Parti communiste français moribond !

Je n’ai toujours pas de conviction sur la méthode pour avancer, mais j’ai compris ce lundi que, pour les élus de gauche, réfléchir à l’avenir des franciliens était incompatible avec leur idéal de survie !

Retour à la page d'accueil