Un remaniement ministériel … vu de l'intérieur, ou presque

par Laurent 

Dans le cadre de mes fonctions de conseiller technique au cabinet de la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, j'ai eu l'occasion de vivre pour la 1ere fois un remaniement ministériel de l'intérieur, ou presque. En réalité, tout commence plusieurs semaines avant les élections européennes, puisque M. Barnier et Mme Dati allaient quitter le gouvernement de façon certaine. Michel Barnier pensait même partir avant les élections, donc en mai.

Nous apprenons alors que le Président souhaite que M. Barnier et Mme Dati restent à leurs fonctions jusqu'au remaniement qui aura lieu après les Européennes. Tous les ministres sont susceptibles de s'en aller ou de changer de portefeuille ministériel, même ceux qui ont un bilan positif comme ma Ministre, Valérie Pécresse, ou Mme Alliot-Marie. On sait que X. Darcos et J.L. Borloo souhaitent la justice, D. Bussereau l'agriculture, mais en réalité, je n'ai pas d'information privilégiée : je l'apprends dans la presse! Je suis plus concerné par la rumeur affirmant que le Président souhaite poursuivre l'ouverture avec C. Allègre dans un gros ministère de l'industrie et de la recherche. Valérie Pécresse se retrouverait… au logement !

Or ma Ministre s'est beaucoup impliquée dans la réforme des universités et de la recherche ; elle aime vraiment ce monde des enseignants, des chercheurs, des étudiants. Elle ne souhaite pas quitter son portefeuille et nous dit qu'elle l'a exprimé à l'Elysée et à Matignon. Notre information se limite à cela ! Et puis les déclarations de M. Allègre sur le développement durable, son empressement à annoncer qu'il sera sans aucun doute nommé au gouvernement, commencent à rendre son arrivée plus incertaine.

En attendant, tous les ministres travaillent d'arrache-pied, et dans le cabinet auquel j’appartiens nous mettons les bouchées doubles pour faire avancer tous les dossiers en même temps. La rumeur qui dit que tout s'arrête quelques semaines avant les remaniements est totalement fausse !

La veille des élections européennes, nous pensons encore que le remaniement pourrait avoir lieu la semaine suivante, mais la presse évoque début juillet... Sur les noms, nous ne sommes dans le flou total !

Après les élections, la montée des verts rend peu probable l'hypothèse Allègre, mais encore une fois, rien ne fuite de l'Elysée. La date du remaniement ministériel se précise alors: ce sera entre le Congrès de Versailles et le Conseil des ministres du 25 juin.

Et à partir de là, et jusqu'au 24 juin midi, nous n'avons aucune information, même pas de rumeur dans la presse. Je suis alors persuadé d'une seule chose : il y aura une grosse surprise, mais on ne sait pas laquelle. Pendant ce temps, notre ministre nous donne l'instruction de continuer à travailler au maximum. On espère que cela laisse présager qu'elle a des certitudes de l'Elysée sur le fait qu'elle gardera son portefeuille, mais on n’en est pas sûr : les fuites ne viendront pas d’elle !

Lors du Congrès de Versailles le 23 juin, le Président annonce le remaniement pour le mercredi 25 au matin. Mais la grosse surprise arrive le mardi à midi : Frédéric Mitterrand annonce depuis la Villa Médicis à Rome qu'il remplace Mme Albanel à la Culture. On m'a rapporté que ça a été un peu dur pour elle et ses proches, car ils pensaient rester. Pendant l'après-midi, nous vivons au rythme des dépêches de presse : Darcos à la Justice (le Monde, 1ere dépèche tombée), vite contredite par celle du Figaro qui le donne aux Affaires Sociales …

Les dépêches se multiplient au fur et à mesure que les personnalités défilent à l'Elysée. Et puis à 20h, je reçois un SMS de mon directeur de cabinet : « Claude Guéant va annoncer le remaniement à la télévision, tout le monde dans mon bureau ». Un peu surpris et angoissé, je m'y rends pour écouter les annonces du Secrétaire Général de l'Elysée. Vous connaissez la suite ...

Au cabinet, on pousse un ouf de soulagement …

Retour à la page d'accueil