Le coup de gueule de Mickael Loeuille 

 

L'Hyper-opposition face à l'Hyper-président

 

C'est une belle pièce de théâtre que nous ont joué les députés socialistes le mardi 20 janvier pour protester contre la clôture jugée prématurée de la discussion sur l'article de loi concernant le droit d'amendement : ils ont décidé de boycotter la séance de questions au gouvernement ce qui n'était plus arrivé depuis 1974. Grand bond en arrière pour cette pièce qui a mélangé bien des genres. Tantôt comédie musicale lorsque la marseillaise a été entonnée en signe de protestation, tantôt drame lorsque Fabius menace que l'opposition descende désormais dans la rue, tantôt tragi-comédie enfin lorsque Emmanuelli prétend que cette disposition ramènerait la France "à un pays Africain ancien modèle".

 

Face à une telle rage, on pourrait croire la démocratie en danger. Et pourtant, de quoi s'agit-il en fait ? Ce fameux article a pour seul but d’éviter le dépot d’amendements peu sérieux et des discussions sans intérêt, réforme logique depuis que le président et le gouvernement ont renoncé au 49.3. Cela se fait dans toutes les démocraties du monde et c'est une condition nécessaire pour permettre à l'assemblée d'adopter des lois dans des délais décents. Il ne s'agit pas de supprimer le droit d'amendement (qui est sacré) il s'agit seulement d'éviter qu'il soit détourné à des fins d'obstruction.

 

Au fond, il s'agit plutôt pour le parti socialiste en panne d'idées de retrouver temporairement un parfum d'unité après l'automne dévastateur pour la maison Solférino.

 

En attendant, c'est encore les Français qui paient les pots cassés de cette hyper-opposition qui dure depuis plus d'une semaine. Les débats à venir sur le logement ou l'hôpital sont retardés. Plus que ces gesticulations, c'est ce qui intéresse pourtant les Français.

Ne ratez pas cette vidéo : 

http://www.linternaute.com/video/181231/l-ump-denonce-l-obstruction-parlementaire/

Retour à la page d'accueil