Qui en veut aux cours à domicile ?

A la surprise générale, un amendement déposé par le Député Tardy a été voté à l’Assemblée nationale, supprimant la déductibilité fiscale pour les cours particuliers délivrés à domicile.

 

Certes, le parlement est lancé dans la suppression des niches fiscales, mais pourquoi s’attaquer à ces cours qui servent essentiellement aux enfants alors qu’existent 21 autres catégories d’emplois à domicile déductibles des impôts ? Je suis donc montée seule au créneau contre cette pratique discriminatoire…et j’ai été très rapidement suivie par plusieurs collègues et par le Gouvernement. 

 

Est-il plus démocratique de déduire des frais pour l’emploi d’une femme de ménage à domicile, d’un jardinier ou d’un coach plutôt que pour des cours de maths ou de français ? Réponse simple de la Gauche sénatoriale : ce sont les familles les plus aisées qui peuvent offrir des cours particuliers à leurs enfants et seules les familles qui paient des impôts peuvent déduire ces frais. Cqfd! En résumé, mieux vaut n’aider aucun enfant que certains.

 

J’ai donc fait voter la suppression de cet amendement inégalitaire, mais m’interroge toujours sur l’origine de cette idée saugrenue : mon mauvais esprit m’amène à me demander si ceux qui donnaient des cours à domicile au noir n’ont pas vu leur marché disparaître avec les chèques emplois service ?

 

Retour à la page d'accueil