La phrase  par José
 

« Maintenez la concorde, soyez forts, adaptez-vous aux circonstances et surmontez les obstacles ! »

Empereur romain noir Septime Sévère, 211 après JC.

« Yes we can » semble lui répondre OBAMA dans un écho millénaire.

Le sacre de Barack OBAMA, car c’est bien d’un sacre dont il s’agit, a passionné non seulement le peuple américain, mais également le reste de la planète.

Pros et anti-américains, américanophiles et américanophobes, alliés, ennemis avérés ou potentiels, bref, tous se sont sentis concernés par l’élection du président, car tous savent que le vent de l’histoire prend, aujourd’hui encore, son souffle à Washington comme il le prenait jadis dans la Rome Impériale. Dans l’antiquité romaine, l’avènement du nouvel empereur suscitait le même engouement Chaque citoyen, romain ou non, appartenant à l’Empire ou pas, vivait cet instant intensément, pleinement conscient que celui-ci aurait, d’une façon ou d’une autre, des conséquences sur sa propre existence.

Je ne résiste pas à la tentation de vous raconter l’histoire de Lucius Septimius Severus Pertinax.

 Il naît en 145 après J.C à Leptis Magna situé sur les côtes de l’actuelle Libye.

C’est un africain, d’origine berbère et de culture punique par son père. Par sa mère il a une ascendance italienne. Il incarne l’intégration réussie de son époque.

Il mène une double carrière politique et militaire avec succès qui le conduit aux fonctions suprêmes. Lucius Septimius devient empereur en 193  et le restera jusqu’à sa mort survenue en 211.

Nous le connaissons aujourd’hui sous le nom de Septime Sévère. 

Bien sûr, OBAMA n’est pas Severius. Bien sûr, les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas la Rome de l’Antiquité et le monde d’il y a deux mille ans est sans rapport avec celui d’aujourd’hui.

Pourtant, si l’on y regarde de plus près, il existe certaines similitudes entre les deux époques : les crises économiques et politiques, les revendications identitaires, les questions religieuses, philosophiques et existentielles, les incertitudes face au lendemain ont certes changé dans leur forme mais demeurent identiques dans le fond.

Septime – et ses successeurs directs – sut insuffler une nouvelle dynamique et créer  une dynastie pérenne qui parvint à retarder le déclin inéluctable de la civilisation romaine. Souhaitons que le président américain – et ses successeurs – connaisse la même réussite.

 Au seuil de la mort les ultimes paroles de Septime Sévère furent : « Maintenez la concorde, soyez forts, adaptez-vous aux circonstances et surmontez les obstacles ! »

Retour à la page d'accueil