Les incohérences de l’Aide Médicale d’Etat aux immigrés en situation irrégulière

Difficile d’intervenir pour critiquer l’AME sans se faire traiter de xénophobe ou de raciste! J’ai cependant accepté d’être le porte-parole de l’UMP parce que je voulais insister sur les réelles inégalités de cette prestation destinée aux seuls étrangers en situation irrégulière.

En 2011, malgré les réticences des médecins, le Gouvernement avait suivi les recommandations d’un rapport de la Cour des comptes et instauré l’obligation de payer 30€ pour accéder à la gratuité complète des soins : le coût d’établissement du dossier et de la carte d’accès. L’abrogation de cette mesure faisait naturellement partie des priorités de François Hollande : certes, si l’on veut éviter les épidémies (comme la recrudescence récente de la tuberculose dans notre département), il vaut mieux soigner tout le monde et j’en suis convaincue.

Mais pour autant, les immigrés en situation irrégulière doivent-ils être mieux traités que les étrangers en situation régulière ou les français à faibles revenus qui peuvent avoir à payer un reste à charge même s’ils ont la CMU alors que tout est gratuit pour les titulaires de l’AME ?

Qui ne dépense pas 30€ dans l’année pour s’acheter quelques paquets de cigarettes ou une recharge de téléphone portable? Pour ma part, j’ai surtout proposé une mesure d’économie. J’ai découvert que les hôpitaux étaient libres de facturer ce qu’ils voulaient à la Sécurité sociale pour les soins prodigués à un étranger bénéficiant de l’AME. Ils en profitent pour ré équilibrer leurs comptes par ce biais. Des soins identiques sont ainsi facturés plus cher que pour tout autre assuré social! Coût de cette liberté: 150 millions d’€.

L’alignement des tarifs était certes une goutte d’eau puisqu’elle aurait permis d’économiser 150 millions d’euros ( alors que l’AME coûte ½ milliard), mais elle m’a été refusée par le Ministre et le rapporteur général du budget socialiste. Parce que je suis de droite?

En outre, j’ai découvert que la Caisse d’assurance maladie de Paris venait d’envoyer une circulaire aux pharmaciens qui les contraint désormais d’imposer à leurs clients des génériques. Si ces derniers les refusent, il devront payer le médicament et envoyer la feuille de soins avec la vignette collée à la Sécurité sociale pour se faire rembourser. Mais cette obligation ne s’applique pas … aux bénéficiaires de l’AME.

Pour ma part, j’estime qu'il s'agit d' une inégalité de traitement, d’autant qu’un clandestin qui maîtrise forcément mal le français, ne peut avoir les réticences d’une personne âgée habituée depuis des lustres au nom de son médicament. Dans les couloirs, le rapporteur général de la sécurité sociale a reconnu que j’avais raison sur les deux points. Mais dans l’hémicycle, c’est une autre histoire!

En novembre, dans le cadre du budget de la sécurité sociale pour 2012, je ré-interviendrai sur ces deux points.

Retour la page d'accueil